Histoire du Minitel

Minitel : c’est quoi exactement ?

Le Minitel ou Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique se définit comme étant un mode de communication télématique. Son développement a été optimisé par le groupe « France Télécom » dans les années 80.

A noter que Minitel est considéré comme étant un précurseur du Web. Ce n’était pas le grand public qui était concerné par les premiers réseaux internationaux. Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique est une technologie qui fut utilisée en 1980 et en 1990. Il s’est surtout répandu en France. Minitel a joué un rôle prépondérant dans l’historique de la télécommunication en France.

Minitel ou Médium Interactif par Numérisation d'Information téléphonique

Grâce à cette technologie, les français ont pu bénéficier de la communication électronique avant l’apparition d’internet. A ses origines, le mot « Minitel » désigna l’assortiment du service Vidéotex en France. Ce terme était également utilisé pour évoquer les éléments de réseau qui ont été destinés à rendre ce service. Ces éléments sont notamment les points d’accès et les concentrateurs.

L’histoire de Minitel

A l’origine, Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique était un terminal pour l’examen des données. Il était fondé sur la norme Videotex. Cela est également à la base du Télétexte. A ses débuts, Minitel était un terminal informatique passif.

Il ne se composait que de deux éléments dont un écran et un clavier. Il n’y eu ni dispositif de stockage ni Microprocesseur. Une ligne de téléphone de France Télécom a permis d’accéder aux services. Cela se faisait grâce à un Modem Incorporé.

Dans les années 90, la mise en place de passerelles entre Internet et Minitel s’est faite. Cela a ainsi permis aux utilisateurs d’avoir les services UNESET à leur disposition. Au tout début, les terminaux de Minitel consistaient en des décodeurs. Ces derniers étaient branchés sur un téléviseur. Les premières expériences ont eu lieu à Vélizy et à Rennes en 1980. Les usagers pouvaient consulter 20 services via l’écran du téléviseur.

TRANSPAC

Le réseau TRANSPAC a permis d’établir les liaisons distantes. Minitel a pu être testé de cette façon auprès du grand public. A noter que les services les plus populaires furent la billetterie SNCF, les banques, la vente par correspondance, la banque et la presse. Une seconde expérience fut réalisée en 1983. Elle eut lieu en Ille-et-Vilaine. L’objectif était d’offrir un service d’annuaire électronique. Ce dernier a été généralisé en France.

120.000 terminaux ont été recensés dans l’Hexagone en 1983. De 1983 à 1984, le nombre de terminaux est passé à 531.000. Ils ont été distribués par France Télécom. L’annuaire téléphonique qui était en version papier s’est alors métamorphosé grâce à cette technologie.

Qui est à l’origine du Minitel ?

Le minitel n’a pas de concepteur spécifique. Il est le résultat de différentes décisions et de divers projets. Dans la ville de Rennes, Bernard Marti qui est le directeur technique du Centre Commun d’études de télévision et télécommunications ou CCETT dirige des travaux d’équipe qui seront à l’origine du Minitel. Jean-Paul Maury se chargea de superviser le projet.

Annuaire Electronique et Minitel

A noter qu’il dirigeait le projet « Annuaire Electronique et Minitel » entre 1979 et 1985. En 1980, Minitel est expérimenté un peu partout sur le territoire français. Pour leur part, les anglais ont également essayé de créer leur système télématique. Ce dernier n’acceptait que l’écriture en anglais et ne tenait pas compte des cédilles et des accents.

Minitel : un succès économique

Au fil des années, Minitel est devenu une véritable corbeille financière pour France Telecom. Il en fut de même pour de nombreux fournisseurs de services. Une étude portant sur les comptes amoncelés de 1984 à l’an 2000 démontre la rentabilité de Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique.

En effet, ila rapporté des recettes de 10 milliards d’euros contre des dépenses de 9 milliards. Le bénéfice était donc d’un milliard d’euros. En 1988, Bruno Lussato confirme la prépondérance de Minitel. Toujours de 1984 à 1988, Minitel se fait de plus en plus célèbre du fait des messageries instantanées. Ces dernières sont issues des expériences menées à Nice via les services STEL.

Minitel est devenu une véritable corbeille financière pour France Telecom

A Paris, la première messagerie grand public voit le jour avec le 3615. Il en est de même à Strasbourg avec le GRETEL. Les autres pays ont grandement envié la France pour ce gadget. Bienque Minitel finisse par connaitre une décadence, il a été grandement intéressant sur le plan financier.

Les services Minitel

Le Minitel fut lancé en 1982. Il a été prospère de 1992 à 1997. Il s’est fait remarquer grâce à des services qui ont marqué les usagers. Au début, Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique avait été imaginé pour rénover l’annuaire électronique 3611.

De nombreux services payant ont été créé. Ces derniers avaient des vocations professionnelles, ludiques ou encore communicationnelles. Minitel créa alors un certain nombre de services dont l’annuaire ou encore le minitel rose.

Avec Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique, il était également possible d’effectuer des achats en ligne et de procéder à des démarches administratives. Certains usagers avaient même la possibilité de passer des appels et de réserver des voyages via leur Minitel.

Annuaire

Le système d’annuaire de Minitel comportait un point d’accès qui le reliait au réseau de connexion des Minitel. A cela s’ajoutait une base de données qui eut une architecture partagée. Il y avait deux autres parties qui étaient équipées de frontaux. Ces derniers étaient en charge du partage de charge entre différents serveurs.

Le système d’annuaire de Minitel

L’objectif était en fait de permettre à certains utilisateurs de questionner une base de données. A noter que l’annuaire électronique fut inauguré en Février 1983. Les expérimentations se sont limitées à Rennes et Saint-Malo en 1980. L’annuaire a été le service phare de Minitel. En 2010, il n’y avait plus que 1880 services qui avaient accès à ce service.

Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique Rose

Le Minitel Rose parle de la messagerie rose proprement dite. Le Minitel Rose procure une sensation d’anonymat à la personne qui l’utilise. Les usagers ne sont pas identifiés sur Minitel. Ce qui le rend plus avantageux qu’internet. Le Minitel gagne donc du terrain grâce à sa discrétion. Les utilisateurs peuvent dialoguer directement et passer des petites annonces.

A noter que le Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique Rose permettait aux individus de sexe masculin de se faire passer pour des femmes. Le Minitel Rose utilisait également des robots logiciels pour envoyer des messages pré enregistrés aux destinataires. Il y eut des conversations factices que les animatrices et animateurs entretenaient avec les clients.

Téléphoner

L’annuaire téléphonique fut le premier usage de la boîte marron/beige. Il s’agit du fameux 3611. C’est un service historique qui a révolutionné l’appareil français. Elle a encore été bouleversée par le célèbre 3615 ANNU. Ce dernier fit son apparition en 1996. A noter que l’annuaire inversé a été créé par Xavier Niel.

Téléphoner

Par ailleurs, Minitel a ajouté son grain de sel dans la communication longue distance. Cela a été bénéfique pour les muets et les sourds. Le 3618 permettait d’établir une communication en directe. C’était plus que sensationnel de pouvoir parler à des connaissances qui habitaient à l’autre bout de la ville ou du pays. Ce système est l’aïeul des SMS.

Acheter en ligne

Minitel ne se résumait pas à un simple instrument de communication précaire. En effet, en plus de remplacer l’annuaire papier, Minitel a réussi à habituer la population française aux services en ligne. Internet ne proposera de tels services que vers la fin des années 90.

La France a de ce fait connu la vente par correspondance grâce au Minitel. Cela a débuté avec des pages comme 3615 Telemarket ou 3615 3 Suisses. Minitel a ainsi réussit à divertir la plupart des usagers de différentes manières. Autant dire que ces derniers ont été satisfaits pendant ces quelques 30 années de service du Minitel.

Voyager

Minitel a également été un des premiers moyens utilisés pour l’organisation des vacances en famille. En effet, le Minitel a été l’un des tout premiers services qui a permis de planifier et de prévoir les voyages. Cela se faisait au 3615 ITI. Ce dernier deviendra Mappy plus tard. Le Mappy a été créé en 1987.

Son objectif était de proposer des cartes et des itinéraires sur Minitel. Le client pouvait également appeler au 3615 Promovacances pour des séjours dans des contrées un peu plus éloignées. A noter que les séjours proposés étaient à tarifs réduits. Il était également possible de réserver les billets de train avec le Minitel.

vacances en famille

Démarches administratives

Minitel c’était aussi des inscriptions à l’université. Les anciens usagers qualifiaient cela de « grande purge ». Pour d’autres utilisateurs cependant, Minitel était d’une grande praticité. Ses pages étaient efficaces pour les démarches administratives.

Tel est le cas du 3617 Exam. Avec Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique, il était également possible de connaitre les cours de la bourse. Certains usagers recouraient à Minitel pour examiner la solidité financière d’une société. Le service de référence pour ce faire était le 3615 Verif.

Le Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique avait même permis aux artisans comme le boulanger de procéder à la vérification de ses relevés de compte. Cela fut un fait grandement apprécié par l’ancien président Jacques Chirac.

Les limites du Minitel

Le Minitel n’est pas vraiment parfait comme moyen de communication et ses limites devenaient rapidement évidentes. Les usagers n’étaient pas satisfaits des procédés de transmission et de vidéo. La technologie a un caractère rudimentaire qui ne séduit pas beaucoup.

La configuration de la page qui s’affiche sur l’écran et le système de terminaux limité sont des contraintes pour l’utilisateur qui ne peut traiter son information jusqu’au bout. Qui plus est, Minitel est d’une structure assez archaïque. Cela ne permet pas à l’usager de basculer d’une page à l’autre. Il y a un grand manque de souplesse par rapport aux échanges horizontaux.

World Web Wide commence à faire son apparition

Et lorsque les nouveaux modes de communication apparurent, Minitel fut appelé à disparaître. En 1993, les heures de connexion à Minitel commencent à diminuer. En effet, World Web Wide commence à faire son apparition. Internet connait alors un succès incessant. Le langage HTML permet de mieux gérer les informations.

Qu’est devenu le Minitel ?

Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique n’est certes plus qu’un souvenir mais la machine qui ressemble à un ordinateur usager est aujourd’hui un objet de collection. Aujourd’hui, Minitel intéresse les individus qui recueillent les vieilles machines pour les collectionner. A ce jour, ce ne sont plus des usagers mais des petites et moyennes entreprises qui continuent d’utiliser quotidiennement le Minitel.

De ce fait, les quelques serveurs qui sont encore actifs sont aux mains de professionnels qui communiquent avec leurs fournisseurs. Cela permet de communiquer rapidement et directement. Il faut savoir que le Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique reste un outil fiable. Sur ce point, il est toujours insurpassable. Qui plus est, le Minitel a toujours une place réservée dans un atelier.

Il affiche une grande résistance aux intempéries. Les utilisateurs peuvent le faire tomber mais il continuera de fonctionner. Aucun ordinateur ni Smartphone ne peut se vanter de pouvoir faire pareil. De plus, le Minitel ne se soucie point des virus informatiques. C’est un outil qui ne présente généralement aucun problème même aujourd’hui.

Les différences entre le Minitel et Internet

Dans les années 1990 et 2000, de nombreuses polémiques ont comparé les faiblesses et les forces de Minitel à celles de l’internet. D’ores et déjà, le web possède beaucoup plus d’atouts que Minitel. Internet affiche les images.

Il n’est pas possible d’en dire autant de Minitel. Les informations sont beaucoup plus étoffées sur Internet que sur le Minitel. Le Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique était exclusivement Français tandis qu’internet s’étend à l’international.

Mais encore, le Minitel est beaucoup plus lent que le web. Si internet utilise des termes assez compliqués comme le http ou HTML, Minitel pour sa part se résume à un écran et un clavier. Les couleurs des images affichées sur Minitel ne sont pas aussi nettes que celles qui s’affichent lors de l’ouverture d’une page web.

HTML

Il n’est pas possible de faire du téléchargement sur Minitel. Par contre, Minitel est infiniment plus discret qu’internet. Les utilisateurs du web laissent souvent des traces sur leur identité. Ce qui ne fut pas le cas avec Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique.

La fin du Minitel

Le Minitel connu un succès sans pareil auprès des français mais après 30 ans de services, il finit par tirer sa révérence. Internet lui vole la vedette et met fin à sa carrière.Le Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique était plébiscité par la population française avant la venue du web. Le Minitel ne disparut pas d’un seul trait toutefois. En 2014, environ 400.000 usagers y ont encore recouru. Cela s’expliquait par le fait qu’ils n’avaient pas accès à l’ADSL.

Qui plus est, ces derniers clients ont eu une préférence accrue pour le Minitel. En effet, celui-ci ne les embêtait pas avec les problèmes de bug et de publicité. De plus, il est plus facile de se servir du Minitel que de recourir à Internet. France Telecom s’est tout de même charger de mener les fans de Médium Interactif par Numérisation d’Information téléphonique vers le web. Bien entendu, cela s’est fait en douceur. Il faut savoir qu’il n’y a pas si longtemps, les supermarchés ont encore eu recours au 3615 pour effectuer des commandes.